mercredi 28 septembre 2016

Triathlon Cross Sprint de Jablines

Après avoir trainé mon cuissard sur les ARM avec les six éditions de Paris Beauvais, gouté aux joies de la rando à travers la Champagne et la Lorraine, sans oublier le SCARMPING de Pontoise à Dieppe, remonté la Loire de Nevers à Nantes, me frotter à nos voisins belges sur une course de pliants et avoir participé aux 9 heures de Longchamps; j'avais envie de gouter à quelque chose de nouveau pour moi. Un truc avec un gros engagement physique: le triathlon cross! Ça sentait la baston et la sueur, surtout si je m'engageais avec mon VTT en Single avec le jersey du SCARM sur le dos, l'ambassadeur de la mono rondelle tout de gris vêtu, quel spectacle!


Une fois que la décision était prise, il était temps de faire un état des lieus: plus de 55 ans, 92 kilos pour 1,78m; un amour pour le pédalage qui ne suffit pas à masquer de piètres qualités de coursier, des prédispositions pour la baignade à défaut d'être un bon nageur et la course à pied? Nul de chez nul. Il y avait du travail pour boucler les 400m de nage, les 11 kms de VTT et les 4 kms de course à pied sur chemins. Durant tout l'été j'ai bossé dur enchainant footing, longueurs de bassin sans oublier d'arpenter en VTT les sentiers et buttes des fouilles de Choisy. Ne voulant négliger aucun détail, puisque le triathlon était né aux USA, début septembre je m'envolais pour NYC avec 10 jours pour fignoler ma préparation: diététique, musculation et yoga.




Dimanche 25 septembre, il était temps de vérifier si cet entrainement avait été bien conduit, le VTT avec le sac de sport dans le coffre et en route A4, Francilienne, l'auto radio crachote un trop bon"Crash Like Thunder"je suis chaud. Arrivé sur la base de loisirs, je gare la voiture, pars chercher mon dossard et là celle qu'on attendait pas débarque sans crier gare, la pluie: Deux grosses heures durant elle va rincer prairies, sentiers et chemins du parcours VTT. Vient l'heure de rejoindre le parc à vélo, se 
changer et enfiler la combi de tri, génial il ne pleut plus.



     
C'est l'heure du brief avec les recommandations sur l'épreuve et on rejoint la plage. Tout va très vite  le départ est donné c'est la cohue je me fous à l'eau, ça pousse de partout, je pars à fond, oubliée la respiration en 3 temps, de bien expirer la tête dans l'eau. Rapidement je me sens oppressé, angoissé, manque plus que la créature du lac noir vienne me tirer par les pieds pour m'entrainer vers les abimes, FAUT QUE JE ME CALME!!! je vais alterner crawl et un peu de brasse pour me permettre de voir les bouées et trouver la sortie de ce bazar aquatique. À peine dehors on se met à courir pour rejoindre le parc à vélo, ne pas s'énerver, enlever la combi mettre le jersey, le casque sans oublier de fermer la jugulaire, se sécher vite fait les pieds, enfiler les chaussettes et les pompes prendre son vélo et courir jusqu'à la sortie du parc où un arbitre nous autorise enfin à monter dessus.  Allez hop hop hop, debout sur les pédales, très vite on se retrouve sur des sentiers sales, boueux et glissants, peu habitué à cet exercice j'y prends pourtant gout, le 32X16 me permet de monter les bosses pendant que d'autres martyrisent les transmissions, les 11kms de VTT j'y ai pris bien du plaisir. Retour au parc à vélo, j'accroche mon spad, me débarrasse du casque, enfile la casquette du SCARM et c'est parti pour 4kms de course à pied. Un vrai calvaire, je fais illusion les deux premiers kilomètres, les deux derniers ne sont que souffrance, je n'arrête pas de me faire doubler, c'est la Bérézina et enfin la ligne d'arrivée, 1:27:09 je ne suis pas rancunier je reviendrai c'est certain.





Pour les amateurs de chiffres: natation 400m 13:22-VTT 11kms 44:38- course à pied 4 kms 25:57, le reste du temps étant consacré à s'habiller, se déshabiller, se sécher.





                                                                                      









dimanche 21 août 2016

Été pourri

La brutalité, la cruauté de l'actualité du mois de juillet, entre camion fou et djihadistes égorgeurs m'a tenu éloigné de ce blog. Après toutes les saloperies endurées depuis dix huit mois, se savoir à ce point détesté par de jeunes français, mes voisins dans ma banlieue où l'on m'assure que tout va pour le mieux, ça finit par susciter des interrogations et de l'angoisse. Face au désastre j'ai voulu prier St Rita l'avocate des causes désespérées, je viens d'apprendre que l'église St Rita va être rasée pour laisser place à des logements et des parkings. On a beau ne pas avoir beaucoup de religion, c'est quoi cette époque où l'on égorge les curés et l'on rase les églises? Une jeunesse heureuse(d'enfant gâté?) ne m'a pas préparé à tant de saloperies, ici, à coté de chez nous.
Seulement deux sorties estivales avec les copains, deux belles journées,  des parenthèses dans un été bien dégueulasse, je vous poste juste deux photos…






dimanche 26 juin 2016

Vallée de Chevreuse

Ce devait être un vélo baignade aux étangs de Hollande (rien à voir avec la présidence), mais suite aux déluges des dernières semaines la base de loisirs était fermée pour travaux. Au Scarm on sait s'adapter aux aléas, Zalex notre guide du jour nous emmena du parc de St Cloud aux étangs de St Léger, par la vallée de Chevreuse. Une chouette ballade par des petites routes en compagnie des scarmeux et de la scarmeuse, faudra faire un groupe de travail pour réfléchir à la question: Pourquoi le Scarm est un repoussoir à filles?


samedi 28 mai 2016

Etat des lieux avant baignade

La saison du Vélo Baignade approche, reconnaissance d'un nouveau parcours avec plus de chemins, plus de pistes, plus de vert en compagnie de Fred. La plage est là qui nous attend.

dimanche 1 mai 2016

SCARMPING 2016

Bloquez le week end du premier mai, réservez un bungalow et des emplacements de camping à Berneval le Grand(Seine Maritime), donnez rendez vous à une bande de dix fameux coursiers porteurs du célèbre jersey gris le samedi matin à 7:00 devant la gare de Pontoise et invitez les à rejoindre Dieppe  en vélo. 162 kms avec de belles bosses, de la verdure, des bois, des prés, des vaches et des rivières; ajoutez une météo scarmesque: des averses de crachin, du vent, de la fraicheur et miracle à l'approche de la cote, du soleil.
C'est comme ça que le SCARMPING a vu le jour ce week end


Pause casse croute à Cuy St Fiacre, ça y est nous sommes en Normandie



Sur "l'avenue verte Paris London"


Le Scarm à la plage de Berneval le Grand: Duss-Africaman-GT-Johnny Béton-Droopy-Arturr-Notch-La Pieuvre-Mollet de Coq-Ptimek


Dédicace à JMB, la Picardifornie c'est juste à coté, ceci est un message d'amour.



Le dimanche matin en haut de la falaise au Tréport


Bilan des incidents mécaniques: une crevaison sur la petite route dégueulasse.

Des chouettes photos de ce WE, faut juste cliquer:
L'album de l'ami Dus

Celui du jeune Arturr

Et de l'octopus

Si vous aussi ça vous tente de pédaler pour voir la mer, on vous file l'indispensable MAPP






lundi 4 avril 2016

Paris/Beauvais 2011/2016

Sixième édition et cinquième anniversaire, comme toujours c'était très bien: le soleil, les routes de campagne, les bosses, les pauses et le final sur le parvis de la cathédrale.
Pour la première fois nous avons eu une chute, Polin est un fameux cascadeur spécialiste de la cabriole.


 Pour le retour en train à Paris, vous ne saurez rien ici, le SCARM a ses secrets...

lundi 21 mars 2016

À travers le grand est- Journée 2

Samedi, la deuxième étape, grosse journée de 152 kms à travers l'Argonne, les côtes de Meuse, la plaine de la Woevre. Je quitte la Champagne sous un ciel gris et un froid de chien. Le soleil ne se lèvera pas de la journée et le thermomètre ne dépassera pas les 6 degrés, malgré tout pas le temps de se refroidir avec les bosses et collines qui se succèdent les unes aux autres tout le long de la journée.
L'Argonne, des forets et des étangs.
L'éolienne Bollé à Souilly
Un court passage sur la voie sacrée (1916/2016)
C'est la fin, bientôt la douche et la tulipe de bière.
Mon réveil matin, il a beau rouler des mécaniques il finira dans la cocotte au Riesling

À travers le grand est- Journée 1

Quatre ans après je me suis de nouveau remis en route pour rouler vers la Moselle, cette fois ci départ de Château-Thierry dans l'Aisne. Pour la première journée j'ai suivi la route à travers le vignoble Champenois dans la vallée de la Marne, un grand ciel bleu, des beaux villages et la route qui serpente au milieu des vignes, superbe étape de 116 kms jusque St Amand du Fion où je passais la nuit dans une chambre d'hôtes.
Pas de cyclo sans bistro, le double crème et le sourire de la serveuse...
La chambre d'hôtes
Ma chambre: Chic et confort

jeudi 10 mars 2016

VTT Wheeler en single Speed

Le Wheeler sa transmission était pas mal fatiguée, je profite de l'occasion pour le convertir en single speed, pour les fouilles de Choisy et le bois de Vincennes une vitesse ça sera bien suffisant.
J'ai monté un plateau de 32, un kit avec entretoises et un pignon de 16, un tendeur et une nouvelle chaine, pour la peine j'ai démonté le boitier de pédalier, tartiner le filetage de graisse tout remonté, un dernier coup de chiffon puis un peu de pression dans les pneus le voila prêt pour aller faire l'andouille sur les sentiers

Le kit single avec le pignon de 16
La ligne de chaine, nickel.
Le nouveau plateau Stronlight
Testé aux "fouilles" de Choisy, c'est l'adopter





vendredi 19 février 2016

Nemours- Pithiviers- Auneau avec le Trans-Beauce

Deux étapes du 6Cents Bellevillois que j'appréhendais, 106 kms au milieu de l'hiver avec surtout une bonne partie du parcours en Beauce. Rien à redire ce pays là ne réserve pas de surprise: des champs de céréales où l'on fait aussi pousser des éoliennes, c'est plat et venteux, à peine l'on quitte un village que l'on devine le clocher du suivant.
La Beauce le trou noir des cyclos, notre triangle des Bermudes.



Guigne Ville, Scarm Ville?


Ne vous fiez pas au ciel bleu, le désert Beauceron fut mon chemin de croix


mercredi 20 janvier 2016

Vague de froid sur le 6Cents Bellevillois

Ce matin au réveil à peine deux degrés au thermomètre, hors de question de se lancer dans une longue rando dans le froid. Une petite demi étape, même pas quarante kilomètres, pour relier Montereau à Nemours fera l'affaire.
 Heureusement on trouve encore quelques bars ouverts dans ces campagnes comme le "Bar du Pont" à Moret et "L'Express"à Nemours, ce dernier propose même à manger, j'ai testé le boeuf au cidre avec une panacotta au dessert, super pour le cycliste transi de froid et affamé!